L’Identité Nationale dans le charter de la censure

Cette semaine s’est ouvert sur internet le GDIN (Grand Débat sur l’Identité Nationale), lancé par Eric Besson, votre actuel nouveau ministre de l’immigration et de l’identité nationale, tout fraichement sorti du Parti Socialiste (un débauché de l’entre-deux tours), et très heureux de mener cette fonction sous son étiquette "ministre d’ouverture", même si le monsieur s’est depuis intégré pleinement à l’UMP.

Je vous rappelle tout d’abord ce qu’est le ministère de l’immigration. Son nom est très long, et il est normalement "ministère de l’immigration, de l’intégration et de l’identité nationale". Notez la présence subtile et discrète du mot "intégration", qui rempli avec grâce le rôle de cachalot échoué au milieu de deux concepts importés directement d’extrême-droite. Si bien que tout le monde semble avoir oublié qu’il est pourtant bien là. Le but de ce ministère : renvoyer par charter le plus possible de sans papiers pour faire du chiffre. C’est un concept assez ridicule et que je ne comprend toujours pas mais bon, vous m’étonnerez toujours. Le chiffre approximatif de la commande est de 25000 environ, le but pour le ministre étant de l’exploser pour garder son capital sympathie auprès du Président. A noter que les agents qui accompagnent aimablement le sans papier sur le paillasson de l’entrée gagnent des points (s)miles si il voyage par air france, ce qui n’est pas négligeable pour voyager avec mémère aux vacances de noël. La république n’est pas ingrate, voyez.

Le concept de "reconduite à la frontière" se doit aussi d’être expliqué. Il n’est pas bien de dire "expulsion". Ce n’est pas exact. Il y a, comme dans toute entreprise, des départs volontaires (si, si), et même si le voyage se fait avec de (très) légères réticences, jamais il ne se fait avec violence. Non. Il peut même arriver que des sans papiers sympathisent avec leur accompagnateur, voyez, c’est extrêmement bon enfant, l’ambiance est très bonne! C’est donc une "reconduite à la frontière", précédé par un séjour en hôtel pour attendre l’avion. Le vocabulaire est précis. Ne le déformez pas.

Après le renvoie de sans papiers Afghans dans leur pays d’origine, le ministre a décidé de faire ce grand débat: "Qu’est-ce qu’être Français?" Débat intéressante s’il en est, mais surtout très instructif. Tous les internautes (ou presque), ont le droit de poster leur contribution sur le site http://www.debatidentitenationale.fr, et de dire leur avis sur cette question, vous en jugerez vous-mêmes, cruciale. Sur ce site, une rubrique fait déjà polémique: "Ils s’expriment", avec des contributions de – stupeur! – Jean-Luc Mélenchon, Olivier Besancenot, François Bayrou… Qui n’ont évidemment jamais donné leur accord pour figurer sur ce site, et qui ont même demandé le retrait de leurs propos.

Autre rubrique sujette à discussion, celle qui vous intéresse tous (si, si), l’endroit où vous pouvez poster vos contributions. Ne cherchez pas le mienne, je suis mort. Et bien si vous lisez bien, il n’y a que bien peu de propos hostile au pouvoir, et pour cause: il y a eu censure! Tous les messages un peu virulents envers notre présidence ne sont pas "passés" au filtrage, seuls ceux qui proposent une définition plus ou moins complaisante de la condition d’être Français ont le droit de participer au débat.

Cordialement,

Oskar Cyrus